• Recherche avancée

  • Recherche avancée

  • Recherche avancée

SE VEHICULER AU MAROC



Si les voyages touristiques classiques au Maroc permettent d’avoir une idée globale du pays, choisir d’y résider pour une durée plus au moins longue est une démarche originale et enrichissante, et qui permet plus qu’une découverte, une imprégnation totale des ambiances si particulières et du cadre de la vie locale.
Toutefois un aspect pratique s’impose pour garantir un quotidien confortable et sans mauvaises surprises ; et le transport est l’un de ces points importants qu’il vaut mieux avoir étudié avant d’entamer un séjour en bonne et due forme.
Sachez qu’il est parfaitement possible d’introduire au Maroc un véhicule immatriculé à l’étranger mais sous certaines conditions imposées par le service des douanes marocain. Celui-ci a mis à disposition des intéressés un site internet détaillant les modalités et conditions de cette opération ainsi que les démarches à suivre même dans certaines situations extrêmes comme les rapatriements d’urgence ou les cas d’accidents et de pertes des véhicules.
« A l'entrée au Maroc, les véhicules sont pris en charge par le système informatique de l’Administration. A ce niveau, les services douaniers délivrent aux intéressés une déclaration d'admission t e m p o r a ire portant mention de la date limite de validité (3 mois pour les véhicules utilitaires du genre fourgonnettes ou camionnettes entièrement carrossés mais dépourvus de vitres latérales et non équipés de sièges et 6 mois pour les véhicules de tourisme). Cette déclaration peut être souscrite :
- au bureau d’entrée : déclaration D 16 bis ;
- via le site Internet de administration www.douane.gov.ma , déclaration D 16 ter.
Au terme de ce séjour qui ne doit pas dépasser le délai accord é, la situation du véhicule importé doit être régularisée par :
• la réexportation ;
• Ou le dédouanement (mise à la consommation) aux conditions réglementaires ». (Des dispositions spéciales sont prévues pour certaines personnes et à certaines conditions, pour plus d’informations www.douane.gov.ma/ admission temporaire des véhicules).

Acheter un véhicule sur place peut être une solution pour tous ceux qui envisagent des séjours de longue durée (avec possibilité d’une revente relativement rapide sur le marché de l’occasion en cas de nécessité). De nombreux concessionnaires sont représentés sur le marché marocain en constante progression, ce qui retentit nettement sur les prix (la présence de petites motorisations accessibles par définition est très importante). Mais il reste bon à savoir que la voiture, produit d’importation peut vous couter légèrement plus chère ici- comparé aux marchés européens - à cause notamment des droits de taxes. Pour les résidants étrangers au Maroc, des formules de crédits automobiles sont proposées par des maisons de crédits spécialisées. www.wafasalaf.ma

La location reste une solution possible même si pour une durée de six mois le coût est presque celui de l’achat d’une petite voiture (en moyenne entre 40 et 50 euros pour un véhicule de tourisme basique en fonction des périodes de l’année). Des possibilités de négociations restent envisageables cependant avec les agences locales www.midocar.com www.ramsis-services.com et la plupart des grands prestataires internationaux tels Europcar www.europcar.ma , Hertz, Avis www.avis.fr proposent leurs services via des réseaux d’agences dans tous le pays avec des devis gratuits sur internet où les tarifs restent avantageux. Les amateurs de deux roues ne sont pas en reste puisqu’il est possible de se procurer des vélos, des scooters, ou des motos plus puissantes chez de nombreux loueurs installés en centre ville. Il est évidemment nécessaire de présenter un permis et une carte de crédit valides.
Attention car certaines maisons de location proposent des contrats à durée limitée (28 jours). Le carburant n’est pas compris dans la prestation de l’agence de location.
Pour tous ceux que l’idée de conduire rebute, il existe un important réseau de transports publics et privé constitué de lignes de bus dans la plupart des villes moyennes à grandes, de multitudes de petits taxis (un maximum de trois passagers par course) dans les centres urbains et de grands taxis (jusqu’à six passagers) qui font le relais entre les différentes villes du royaume. Des compagnies de transport dont les plus importantes restent la CTM www.ctm.co.ma , ou SUPRATOUR www.supratours.ma possèdent des bureaux de vente dans la majorité des gares routières et centres touristiques et font preuve d’un professionnalisme infaillible. L’office national des chemins de fer www.oncf.ma organise un trafic ferroviaire reliant Tanger à Marrakech en passant par les principales cités marocaines selon un système tarifaire en classe 1 et classe 2, plus économique. Le royaume s’est doté ces dernières années d’une autoroute payante reliant l’extrême nord à Marrakech, plus au sud, ce qui réduit sensiblement la durée et l’inconfort d’un si long trajet.

Les possibilités de transports restent diversifiées et il revient à chacun de mesurer ses véritables besoins afin de s’assurer le choix le plus adéquat.